Patch(work)
axonométrie du parc maurice thorez existant agence august
domaine royal de choisy-le-roi
le parc maurice thorez potager du domaine royal de choisy-le-roi agence august
parc maurice thorez 19e agence august
Fiche-elephant_parc-maurice-thorez_agence-august
sculpture béton parc maurice thorez agence august
parc maurice thorez agence august
parc maurice thorez agence august
parc maurice thorez agence august
parc maurice thorez agence august
parc maurice thorez agence august
parc maurice thorez agence august patchwork-esquisse
parc maurice thorez agence august patchwork-plan
patchwork_parc-maurice-thorez-agence-august
parc maurice thorez agence august patchwork-parvis-sculptures
parc maurice thorez agence august patchwork-nid
parc maurice thorez agence august patchwork-laboratoire de biodiversité
parc-maurice-thorez_detail_agence-august
l'enlèvement de l'éléphant parc maurice thorez agence august
retour aux projets

Patch(work)

Parc Maurice Thorez
Choisy-le-Roi (94)

3 ha 550 K€ H.T. Maîtrise d’œuvre d'aménagement du parc Ville de Choisy-le-Roi Agence August paysagiste urbaniste mandataire, OGI BET VRD, Elisabetta Cereghini historienne, Dominique Feuillas écologue 2017-2020 Chantier en cours

Le parc Maurice Thorez est un deux parcs majeurs du centre-ville de Choisy-le-Roi.

Malgré son caractère public et ses 3 hectares, sa situation enclavée en cœur d’îlot en fait un parc privatisé utilisé majoritairement par les habitants des environs immédiats.

L’arrivée future du tramway T9 devant son entrée principale ouvre de nouvelles perspectives, et, hasard ou non du calendrier, est concomitante avec l’opération de requalification engagée par la ville pour ce parc.

Un parc qui porte les traces du temps.

Temps qui dégrade et abîme, les revêtements, les bâtiments, les arbres.

Et temps qui enrichit, le parc portant les marques des différentes strates de l’Histoire.

Il s’agit donc de réparer.

Faisant aujourd’hui partie d’un ensemble urbain mixte mêlant grands ensembles et tissu pavillonnaire, équipements sociaux, scolaires et sportifs communaux, le parc Maurice Thorez est révélateur de la mixité historique et urbanistique de la ville dont il est le témoin.

Sa proximité avec le pôle d’équipements et les secteurs d’habitat limitrophes en font un parc familier, le parc étant quasi privatisé par ses utilisateurs.

C’est un atout, une base d’usages sur laquelle le projet viendra s’accrocher. C’est aussi un inconvénient, cette quasi-privatisation engendrant des usages peu conformes au concept de parc public (quads et motocross, vie nocturne, etc.).

La faible densité d’équipements du parc produit un effet de polyvalence d’usages.

Les différents mobiliers et équipements sont souvent détournés de leur fonction première pour être utilisés de manière assez inattendue.

Le parc Maurice Thorez a conservé tel un patchwork les traces des époques traversées et de ses transformations successives.

Murs du Potager du Domaine Royal de Choisy-le-Roi au 18ème

Glacière, fabrique, nivellement hérités du 19ème quand le parc était propriété d’un riche industriel faïencier

Du parc public des années 50 reste la statue de l’éléphant attaqué par des tigres, présentée à l’exposition universelle de 1900 et devenue emblème du parc

Des années 90 reste cette étrange sculpture de béton autrefois peinte et utilisée en mur d’escalade.

Cette notion de patchwork fonde la démarche de conception du parc.

Il s’agit ici de réparer le parc, de le panser par un système de patchs qui tous forment un patchwork.

Malgré un budget serré, le parc redevient une composition, somme d’interventions ponctuelles organisées en continuité de la ville et de l’Histoire.

Le patch(work) est également une méthode de conception basée sur l’exploitation de l’existant : mutation, transformation, réemploi, recyclage, greffe de nouveaux matériaux sur ceux existants, jardins expérimentaux, etc.

Réaménager le parc en considérant sa dimension historique totale pour en (re)faire un parc historique

Désenclaver et reconnecter le parc à son environnement pour en (re)faire un parc urbain

Rééquiper le parc en fonction des besoins réels (déterminés avec les habitants) pour (re)faire un parc familier

Régénérer la biodiversité du parc pour (re)faire un bois urbain

L’entrée principale du parc côté boulevard des Alliés devient un parvis à l’accessibilité accrue (piétons et cycles) et à la vocation culturelle et artistique affirmée

L’éléphant y est déplacé.

Le terrain central redevient le lieu fédérateur et polyvalent du parc.

De nouveaux équipements et parcours y sont installés.

Le parc forestier est régénéré par des abattages utilisés pour créer du mobilier et par la mise en place d’un système de jachère naturelle.

La création d’un laboratoire de biodiversité, observatoire de la nature pour les enfants, lui donne une portée pédagogique.